À quelques pas du lac de Paladru, le MALP évoque une embarcation au profil épuré, rappelant la pirogue médiévale trouvée sous les eaux.

Sa silhouette, sa façade bardée de métal aux tons rouille et son toit végétalisé inscrivent délicatement le bâtiment dans le décor du village. A la proue du musée, le belvédère-terrasse s’ouvre à vous pour terminer votre visite par la contemplation du lac et de son cadre exceptionnel. Depuis le parvis du musée, de douces restanques épousent la pente jusqu’au lac, le long d’un chemin planté d’espèces végétales variées. 

L’approche de l’espace d’exposition imite la descente vers le lac et conduit les visiteurs à rejoindre doucement la surface puis à s’immerger pour découvrir les collections, comme les archéologues avant eux. Deux passerelles latérales, retraçant notamment l’aventure des fouilles subaquatiques, surplombent légèrement l’exposition, telles deux berges.

Nous avons imaginé ce vaste plateau comme une métaphore du lac qui se serait retiré, laissant à découvert les vestiges engloutis et invitant les visiteurs à explorer le site. D’où la descente en pente douce vers l’espace d’exposition et les deux passerelles comme des berges sur les côtés. Quant aux poteaux soutenant la structure, ils ont été implantés de façon irrégulière, suggérant la forêt présente aux abords du lac. Nous avons évité les séparations et nous essayons de laisser libre l’espace en hauteur, en écho au paysage ouvert du lac. Gilles Vignier, muséographe

  • Architecture : Basalt architecture & A-Team
  • Muséographie : Atelier àkiko Designers